Suite de l’article des "BIRDSTONES »

Fnepsa Birdstone


Leurs tailles varient de 5cm à 20cm et leurs formes dépendent principalement de la région où ils sont trouvés, ce qui laisse à penser que chaque région voire chaque village pouvait avoir son identité artistique.

Le point commun à tous est la représentation très stylisée de l’oiseau pouvant se résumer comme : une tête composée d’un bec et parfois de deux yeux exorbités prolongeant un long cou très marqué et un corps compact avec une queue se terminant généralement en éventail et une base plate.

On trouve généralement ces objets sur la partie Nord Est et Est des USA et Sud Est canadien ,Grands lacs, Wisconsin,état de NY, Ohio,Michigan Indiana,

Ils sont datés généralement entre -2000 et -1000 de notre ère. Ces objets ne peuvent pas être rattachés à la culture des "MoundBuilders" c’est à dire vers le 1° millénaire car très peu ont été retrouvé dans des tumulus ou des tombes .

Leur utilisation reste toujours inconnue.

Nombres d’archéologues américains ont émi des théories , en voici quelles unes :

Les birdstones auraient été :

 Des charmes pour la guerre ou la chasse .
 Des contre-poids de propulseurs mais dans ce cas , les trous aux extrémités ne proposent pas une utilisation facile 
   pour une fixation qui aurait pû se faire par la base du corps et en comparant les  bannerstones , 
   authentiques contre-poids, un trou central les transperce pour y introduire le propulseur.
 Des pendentifs mais un seul trou alors aurait suffit.

D’autres théories associent ces objets aux shamans tandis que d’autres les associent aux femmes mariées, enceintes,ou en age de se marier.
Enfin que la présence d’un trou à chaque extrémité pouvait servir de support à d’autres amulettes suspendues ou bien étaient-ils eux même liés à un autre objet ?
Mais sans nouvelle découverte in situ apportant la solution, le birdstone reste sans explication.

Quelque fut leurs fonctions pour les hommes préhistoriques, ils restent les objets les plus étonnants et aboutis de l’archéologie d’ Amérique du nord et témoignent d’un art ,qui 4000 ans après son apparition suscite toujours une admiration tant du collectionneur que du simple spectateur.

Marc DELORME