Fnepsa bois clair 
Exemple de bois foncé incrusté de bois clair

Si la mode des bois clairs commence avant 1814, on ne peut réfuter l’idée, que la politique menée à cette époque là, par Napoléon 1er, n’est pour beaucoup dans le changement spectaculaire des matériaux utilisés en ébénisterie, et surtout l’expression nouvelle de cette utilisation.

Souvent, la volonté politique, le choix du Roi, de l’Empereur ou dirigeant, ont changé le style, le décor, la qualité du mobilier, de l’architecture d’un pays :

 Louis XIV, c’est le faste, les ors, la lumière 
 Louis XV, l’opulence, le mouvement, le confort 
 Louis XVI et Marie-Antoinette, la nature, la légèreté, la finesse, la délicatesse
 Napoléon 1er, la force, l’autoritarisme, la passion de l’antique

La Restauration (1814-1830) semble s’accommoder des décors de l’Empire, en excluant quantité de bronze d’apparat. Le manque de matière première et d’autre part l’instabilité politique sous Louis XVIII et Charles X furent cause d’un appauvrissement de la qualité des arts sous la Restauration.

C’était sans compter sur « l’imaginaire » des ébénistes et artistes de ce temps. La conception de leur métier fut bousculée par les conséquences des décisions politiques prises auparavant et le souci de l’économie en leur domaine les amena à créer un renouveau en matière artistique.

L’acajou, toujours très présent depuis le règne de Louis XVI, connu un frein à son utilisation à cause du « Blocus Continental ». En 1806, Napoléon 1er prend une grande mesure politique, déclarant les îles Britanniques en état de blocus. Tous commerces et toutes correspondances sont interdits avec ces îles. Les ports de l’empire français ou de ses alliés d’alors (la Hollande, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne) sont fermés aux navires venant directement d’Angleterre ou de ses colonies. Napoléon voulait étouffer le commerce des Anglais et les contraindre au respect de la liberté des mers.

La conséquence de cette politique amena les ébénistes d’alors (Charles Baudry : 1791-1859 ; Jacob-Desmalter : 1770-1841 ; A.Jacob ES et Cie employé par Jacob Desmalter : 1831-1847 ; la famille Bellangé : 1799-1863 ; Michel Jansen ; la famille Jeanselme à partir de 1824 : Félix Rémond parmi les plus célèbres) à repenser leur façon de faire.
L’acajou d’importation se fait rare, aussi va-t-on l’utiliser sous forme de placage et beaucoup moins de façon massive. Les ébénistes vont recourir aux « bois de pays » : le platane, le hêtre, le thuya moucheté, l’acacia, le houx, l’érable, l’if, le citronnier dont les couleurs claires vont servir à créer des motifs floraux s’incrustant dans des fonds, ocrant ainsi l’image du mobilier.
L’ébéniste va rechercher dans l’essence de ces bois clairs les particularités personnelles qui amèneront celles-ci à donner une vie, un mouvement à cette nouvelle marqueterie. Les ronces (irrégularité dans le veinage) et certains bois comme l’orme, le noyer notamment et les loupes (excroissance ligneuse qui se développe sur certains arbres dont le bois est très noueux) deviennent un élément essentiel de décoration en ébénisterie. Ils seront désormais toujours utilisés.

Les contrastes sombres sur clairs, puis inversement, après Charles X, étaient créés grâce à l’acajou à nouveau importable, l’amarante (arbre de Guyane à nuance violette) et le palissandre (bois brun à reflet violacé et beau veinage venant aussi de Guyane).

Le principe utilisé pour orner de marqueterie fleurie est celui mis au point par André Charles Boulles (1642-1732), ébéniste et fournisseur du Roi Louis XIV. Il mit au point un procédé de marqueterie utilisant le cuivre pour le fond et l’écaille pour le dessin ou inversement. Cette technique fut réutilisée par les artistes de la Restauration (fond clair, motifs foncés sous Charles X et fond foncé, motifs clairs sous Louis Philippe) à partir de 1830.

Les meubles en bois clairs commandés ou acquis pour les palais impériaux avant 1814 ont été nombreux dans les dernières années de l’Empire mais aucun ne comporte d’incrustations en bois foncé.

 

Fnepsa bois clair incrustation fonce
Et à l’inverse, exemple de bois clair (érable moucheté) incrusté de bois foncé (amarante)