Accueil > Actualités > Histoires d'experts par Claude Vilars

« Quand un plat peut devenir œuvre d’art »

Pour faire une expertise, nous entrons parfois dans la vie des gens sans le vouloir. Ma mission ce jour consistait à réaliser un partage équitable, les personnes qui m’ont accueilli étaient bienveillantes aussi bien avec moi qu’entre elles alors qu’il nous faut parfois apaiser les querelles avant de pouvoir travailler sereinement. 

Nous sommes passés d’une pièce à l’autre et mon œil retenait ici et là tel meuble ou tel objet qui attirait mon attention. Chaque personne présente avait une préférence pour celui-ci ou celui-là, en fonction des souvenirs évoqués. Toutefois un objet ne suscitait aucune question des propriétaires du lieu, il s’agissait d’un grand plat en laiton. Lorsque je leur dis ma surprise, ils me répondent : « Nous pensons qu’il n’a pas d’intérêt, il a sûrement été rapporté d’Algérie par notre père – en fait nous n’y faisions pas attention, mais vous semblez d’un avis contraire ? » Je le décroche, il ne s’agit pas d’un plat rapporté par leur père ni une fabrication du XIXèmesiècle dans l’esprit de Viollet-le-Duc. Je leur apprends qu’il s’agit d’un plat à offrande fabriqué entre le XIIèmeet le XVIèmesiècles. Je leur explique son histoire et son utilité. 

D’abord surpris et bien entendu agréablement étonnés de la valeur potentielle de cet objet, ils étaient émus et m’ont dit que, quelque part, la symbolique initiale racontée les ramenait à leurs parents qui étaient reconnus pour leur générosité vis-à-vis des autres et n’hésitaient pas à donner sans compter leur temps et leur force morale pour aider ceux qui en avaient besoin... 

Notre métier d’expert doit nous amener à ce constat, un meuble, un objet ou quelque autre chose correspondent évidemment à une place dans le temps, dans l’histoire et ses coutumes, mais aussi à l’importance de l’humain dans sa création – son utilité ou sa capacité à nous étonner ou à nous émerveiller. 

Bien entendu, nous devons être au fait de leur valeur sur le marché de l’art. Parmi les qualités que l’on demande à un expert, il y a la connaissance, l’expérience, mais aussi la diplomatie. 

Qu’est-ce qu’un PLAT à OFFRANDE ?

Dans l’usage liturgique il était destiné à recevoir, initialement, les dons de pain puis plus tard de quête – il pouvait être utilisé de façon profane pour des gestes coutumiers ou bien encore dans le milieu médical si particulier à cette époque.

Les matières utilisées pour sa fabrication étaient diverses : le laiton – l’étain – parfois en terre cuite – en argent et plus rarement en or.

Ceux réalisés en laiton étaient fabriqués par les dinandiers. La corporation des batteurs de cuivre prend son essor en Belgique, à Dinant sur Meuse, vers le XIIème et XIIIème siècles et lui donnera son nom revisité.

La dinanderie regroupe les objets travaillés en cuivre ou en laiton (métal battu) mais également en bronze et laiton (métal fondu).

Au Moyen Age, les compagnons fabriquent surtout des objets religieux mais vers le XVème siècle les plats en laiton martelé à décor repoussé sont fabriqués plus largement pour un usage d’agrément – d’utilité domestique ou de décor.

La Normandie se targue d’avoir encore à ce jour un centre réputé pour cet artisanat, il s’agit de Villedieu les Poêles dont les habitants s’appellent les « sourdins » ; je pense que vous avez deviné pourquoi ?

Claude Vilars, expert en mobilier et objets d’art du XVIIIe siècle, mobilier régional, art populaire, ex-voto et compagnonnage. Membre de la Fnepsa depuis 1986. Trésorier depuis 2003.

Partager cette page :
14, avenue de l'Opéra
75001 Paris
France

* Champs obligatoires

Vous pouvez télécharger un ou plusieurs fichiers :

  1. Cliquez sur le bouton "Sélectionner vos fichiers" et sélectionnez un fichier.
  2. Pour supprimer le fichier, cliquez sur la croix rouge à droite de ce fichier.

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande de contact. Elles sont conservées pendant la durée nécessaire pour répondre à votre demande de contact ne sont destinées uniquement à la société FNEPSA. Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant.

Conformément à la réglementation sur les données à caractère personnel, et notamment les articles 13 et 14 du RGPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification, de mise à jour, d’effacement aux informations vous concernant, ainsi que du droit à la portabilité de vos données personnelles, que vous pouvez exercer en adressant un émail à l’adresse suivante : contact@fnepsa.fr ou par voie postale à l’adresse suivante : 14, avenue de l'Opéra, 75001 PARIS, FRANCE

Vous pouvez également demander une limitation du traitement de vos données personnelles et, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant à l’adresse indiquée ci-dessus.

Par ailleurs, la loi vous permet d’introduire un recours auprès de la CNIL selon les modalités indiquées sur son site (https://www.cnil.fr) »