Accueil > Actualités > Les armoires normandes (3) : les sculpteurs

Les armoires normandes (3) :
les sculpteurs
par Claude Vilars

 

Armoire viroiseAu début du XIXe siècle viennent s’installer des sculpteurs dans la région viroise. La Graverie, Viessoix, Landelles, Tinchebray et bien entendu Vire se réclament d’avoir été le sein de la plus grosse production du mobilier populaire de l’époque.

Il est bien évident que ces artisans ne se sont pas contentés de satisfaire la demande locale, mais ont aussi largement diffusé leur production ; Le plus souvent par le truchement de menuisiers, plus ou moins éloignés, qui envoyaient (quelquefois même sans en avertir leurs clients) les parties des meubles qui étaient à sculpter. On trouve notamment des armoires de conception typique de Villedieu ou St-Lo, décorées de sculptures viroises.

Le nom le plus répandu est certainement celui des BANVILLET.

Nicolas-François Banvillet, fils de Richard Banvillet, est né à Mesnil-Auzouf en 1784. Il épouse Marie-Jeanne Levallois. Son apprentissage s’est effectué dans divers ateliers de la région. Il trouvera là, les lignes essentielles de sa production, qu’il saura utiliser au mieux quand il aura loisir de laisser libre cours à son imagination personnelle. Parmi les travaux réalisés, il y eut un aigle de lutrin pour l’Eglise de Viessoix. Les stalles de cette même église seraient également son œuvre. Peu à peu il cesse d’emprunter les motifs d’autres ateliers pour créer les siens propres. On peut, notamment, lui accorder l’initiative d’utilisation et d’interprétation personnelle des outils de jardinage et attributs de pêche et chasse.

Charles-Gustave Banvillet. Il apprend son métier dans l’atelier paternel et y reste toute sa vie. Sa production est facile à identifier il signait et datait, au crayon, sur le centre intérieur du plafond de ses meubles : "J’ai été fait par C.G. BANVILLET en 18."

François Banvillet. D’abord établi à la "Grainonière" (lieu-dit où était l’atelier du Père) puis au "Clos" et à la "Personnerie". Il décéda à l’hospice de Vire.

Auguste-Alphonse Banvillet. Fils de François Banvillet, dernier sculpteur de la famille. Il mourut en 1896 à l’âge de 36 ans.

L’attribution à un de ces menuisiers change la valeur d’une armoire normande.

Consultez les deux articles précédents : Les armoires normandes (1) et Les armoires normandes (2) : la viroise

Partager cette page :
14, avenue de l'Opéra
75001 Paris
France

* Champs obligatoires

Vous pouvez télécharger un ou plusieurs fichiers :

  1. Cliquez sur le bouton "Sélectionner vos fichiers" et sélectionnez un fichier.
  2. Pour supprimer le fichier, cliquez sur la croix rouge à droite de ce fichier.

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande de contact. Elles sont conservées pendant la durée nécessaire pour répondre à votre demande de contact ne sont destinées uniquement à la société FNEPSA. Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant.

Conformément à la réglementation sur les données à caractère personnel, et notamment les articles 13 et 14 du RGPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification, de mise à jour, d’effacement aux informations vous concernant, ainsi que du droit à la portabilité de vos données personnelles, que vous pouvez exercer en adressant un émail à l’adresse suivante : contact@fnepsa.fr ou par voie postale à l’adresse suivante : 14, avenue de l'Opéra, 75001 PARIS, FRANCE

Vous pouvez également demander une limitation du traitement de vos données personnelles et, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant à l’adresse indiquée ci-dessus.

Par ailleurs, la loi vous permet d’introduire un recours auprès de la CNIL selon les modalités indiquées sur son site (https://www.cnil.fr) »