Accueil > Actualités > Histoires d'experts par Bénédicte Hamard

« Tout comme le détective, l’expert mène de véritables enquêtes »

Lors d’un inventaire de succession, la personne qui venait d’hériter avait réparti les objets d’art précolombien de la collection dans tout son salon. On ne savait plus où donner des yeux. Cependant, sur le rebord d’une des fenêtres, j’ai été immédiatement attirée par trois petites sculptures en pierre. Il s’agissait de trois maquettes de temples créées par les artistes Mezcala.

Cette culture née dans l’État du Guerrero au Mexique et datée de 300 à 100 av. J.-C. m’a toujours fascinée pour sa modernité et sa spiritualité. Parmi les trois maquettes, la plus importante constituée de huit colonnes était pour moi une récompense extraordinaire. Je n’en revenais pas... Les temples Mezcala à huit colonnes sont rarissimes. Seuls trois sont référencés au monde et je ne les connaissais jusqu’alors que par de la documentation. J’en avais désormais un entre les mains ! Véritables prouesses techniques, ces objets réalisés traditionnellement avec des outils en pierre sont en général composés de deux à quatre colonnes et plus rarement à six. André Breton en avait un dans sa collection.

À côté de ce premier temple, un deuxième me fascinait. Composé de deux colonnes, il avait la particularité d’accueillir au centre un grand personnage assis sur le soubassement, semblant plongé dans une contemplation face à l’éternité. Mon excitation était alors à son comble, car je n’avais aucun point de comparaison pour une typologie similaire. Il était tellement beau qu’il fallait que j’en sache plus. J’interrogeais alors le nouveau propriétaire sur la provenance. Je lui demandais s’il avait récupéré les factures, s’il avait des informations à me donner, mais malheureusement rien.

Afin de valoriser une collection, retracer la provenance est absolument capital. Comment faire ? Je devais trouver des indices pour m’aider. La solution se trouvait en fait dans les socles contemporains destinés à présenter ces œuvres d’art. Je connais bien l’histoire des socles, ceux fabriqués en France ou aux États-Unis dans les années 1970 ou 1980, les matériaux employés, le degré de finition. Il s’agit tout simplement de l’évolution du goût. La qualité des socles pour ces deux temples m’avait fait penser à un artisan en particulier qui a travaillé pour une galerie parisienne de réputation. Connaissant la provenance du temple à huit colonnes qui avait la même typologie de socle, mes informations se sont recoupées et ont permis d’être confirmées par la suite.

Chaque détail a son importance et c’est finalement grâce aux socles que j’ai obtenu tous les renseignements nécessaires pour valoriser ces œuvres d’art. Il s’agit d’indices précieux que seul l’expert expérimenté est capable d’identifier pour donner à un patrimoine sa pleine valeur.

Bénédicte Hamard est expert en archéologie et arts premiers des Amériques

Membre de la Fnepsa depuis 2013

 

Partager cette page :
14, avenue de l'Opéra
75001 Paris
France

* Champs obligatoires

Vous pouvez télécharger un ou plusieurs fichiers :

  1. Cliquez sur le bouton "Sélectionner vos fichiers" et sélectionnez un fichier.
  2. Pour supprimer le fichier, cliquez sur la croix rouge à droite de ce fichier.

« Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à répondre à votre demande de contact. Elles sont conservées pendant la durée nécessaire pour répondre à votre demande de contact ne sont destinées uniquement à la société FNEPSA. Vous disposez d’un droit d'accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition pour motif légitime aux données personnelles vous concernant.

Conformément à la réglementation sur les données à caractère personnel, et notamment les articles 13 et 14 du RGPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification, de mise à jour, d’effacement aux informations vous concernant, ainsi que du droit à la portabilité de vos données personnelles, que vous pouvez exercer en adressant un émail à l’adresse suivante : contact@fnepsa.fr ou par voie postale à l’adresse suivante : 14, avenue de l'Opéra, 75001 PARIS, FRANCE

Vous pouvez également demander une limitation du traitement de vos données personnelles et, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant à l’adresse indiquée ci-dessus.

Par ailleurs, la loi vous permet d’introduire un recours auprès de la CNIL selon les modalités indiquées sur son site (https://www.cnil.fr) »