Actualités

Interdiction du commerce de l’ivoire d’éléphants et de la corne de rhinocéros

Les cartonnages alsatiques

Les ivoires dieppois

L'ivoire dans l'art : son histoire

Dieppe était à l'époque le plus grand port de France. Un port de conquêtes et de commerce, mais qui s'est refusé à celui des esclaves et qui a bâti sa fortune sur celui de la guerre, des épices et de l'ivoire. "Nous ne faisons pas commerce des hommes parce que nous sommes des Vikings", y proclamait-on. L'histoire de l'ivoire est étroitement mêlée à celle de Dieppe. En 1669, dans son ouvrage "Relation des côtes d'Afrique", l'historien Villaut de Bellefond raconte que "les Dieppois auraient abordé la Guinée au XIVe siècle pour en rapporter de l'ivoire"… mais ce ne serait que légende. Voiliers, cadrans solaires, médaillons, boîtes, étuis à messages, à flacons, peignes et objets de toilette, sifflets, tabatières et râpes à tabac, sans oublier les nombreux objets de culte, témoignent de l'usage de l'ivoire au travers du temps. Pratique, esthétique, artistique, religieux...

Les horloges de Pont Farcy (Calvados)

Cadran d'horloge en laiton

La réputation de Pont-Farcy était tellement importante en Basse-Normandie que beaucoup de mouvements étaient attribués à ce centre horloger.

S’il est vrai que ce lieu de fabrication était très important jusqu’au XIXe siècle, on ne peut passer pour négligeable les mécanismes d’horloge fabriqués dans divers endroits tels que Vire, Avranches ou Caen par exemple. La difficulté pour déterminer l’origine résulte du fait qu’elles sont toutes montées sur le même principe. Pour en revenir à la production des horloges de Pont-Farcy, contrairement à la Haute-Normandie dont Saint Nicolas d’Aliermont, il n’existe plus, à ce jour, aucune trace de fabrication. Même en interrogeant les anciens, ils n’ont gardé aucun souvenir de réalisation de mécanisme dans leur ville.

L'investissement sur le Marché du bijou

Avec une rémunération faible de l’argent en banque chacun est en mesure de se poser la question de savoir comment faire pour ne pas perdre son épargne et diversifier son capital. Mais comment choisir ? Quel est le bon investissement sur le Marché de l’Art ? Comment s’assurer de l’authenticité d’un objet ? Nous développerons cette analyse à travers plusieurs articles sur différents secteurs, dont celui d’aujourd’hui sur le Marché du bijou.

Faire expertiser un bijou, une orfèvrerie et ses monnaies

Pièce de monnaie à expertiser

Choisir la FNEPSA pour faire expertiser ses bijoux et toute son orfèvrerie c’est choisir la sécurité et beaucoup d’avantages.

L’Imprimerie

imprimerie blivet 1

Pendant des siècles, la seule manière de réaliser un livre était de l’écrire entièrement à la main. Même si plusieurs scribes recopiaient le même texte, ils ne pouvaient en produire qu’un petit nombre d’exemplaires. Or la demande de livres allant toujours croissant, il devenait indispensable de trouver une manière plus rapide et plus économique de les reproduire.
Les Européens tardèrent à découvrir l’imprimerie. Celle-ci, inventée il y a plus de 1000 ans en Extrême-Orient, ne fut pas en usage en Occident avant la fin du XVème siècle. C’est à cette période que se développent des séries d’innovations techniques : la fabrication du papier à partir de la chiffe, progresse sur le pourtour méditerranéen, en Sicile, en Espagne, en France, pour gagner finalement les régions germaniques. Sa fabrication est le théâtre d’une première mécanisation, autour des moulins à eau et des « piles ». Support beaucoup plus abondant et moins cher que le parchemin, il est d’abord utilisé pour les documents les moins précieux, pièces comptables, archives diverses, manuscrits courants.

Les incunables

incunables - figure 1

On appelle incunables les premiers livres imprimés par procédé typographique de 1450-14511 à 1500 ou 1501 selon les sources, nom provenant du mot latin «incunabula» qui signifie «berceau» (de l’imprimerie à caractères mobiles). Les formes des livres évoluent lentement et c’est plutôt autour des années 1530 que les livres s’émancipent enfin des formes médiévales héritées des manuscrits.

Histoire du livre à travers son iconographie

La reliure, en tant qu'objet, renvoie à la passionnante histoire du livre, à son rôle et à sa dif-fusion à travers les siècles. Elle est à la fois une technique et un art, résultat de deux actes successifs : la protection et la décoration. Les relieurs qui se sont consacrés à cette tâche au fil des siècles n'ont cessé de contribuer à l'évolution de leur art. Ils ont, ainsi, fait rentrer la reliure dans le monde des Arts décoratifs.

Les armoires en Normandie

C’est à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle que l’armoire Normande prend toute son importance : elle devient tradition populaire s’enracine profondément dans l’inconscient collectif et, par-dessus tout, le reflet concret d’une position sociale.

L’armoire est liée directement au mariage et fait partie du rituel entourant la cérémonie.

En plus des objets, effets et ustensiles symbolisant les tâches domestiques incombant désormais à la jeune mariée, l’armoire trône dans « le banneau » tiré par un cheval, bien en évidence, jusqu’au domicile des nouveaux époux, la veille des noces. Coutume qui n’a disparu que voici peu de temps de nos campagnes…

Les patines sur les pièces tribales 2

Les patines luisantes surviennent suite à des frottements répétés associés à des matières grasses (l’huile de palme),  à de la sueur et bien sûr de la crasse.

L’intensité et la fréquence des rites peuvent occasionner des résultats tout à fait surprenants.

Le médaillon de vétérance ou médaillon des deux épées

Fnepsa diplome medaillon

Le 16 avril 1771, le marquis de Monteynard, ministre de la guerre, faisait signer à Louis XV une ordonnance instituant une récompense pour bons et loyaux services en faveur des bas officiers et des soldats de l’armée de terre.

Attestant de vingt-quatre années de présence sous les drapeaux ils recevaient une haute paie et le médaillon de vétérance. ..

Les mécanismes de tournebroches

Fnepsa dessin tournebroche

Nous trouvons trace des premiers mécanismes de tournebroches à poids vers les années 1558. À cette époque, de tels mécanismes étaient installés dans les grandes demeures, les châteaux, les hospices et contribuaient à élaborer les cuissons des divers rôtis, poulardes dans les grandes cuisines conçues pour de grands repas

Il est vrai qu’à l’époque, la cuisson des aliments n’était possible qu’au feu de bois et les cheminées des cuisines n’avaient rien des décors conviviaux et chaleureux de nos jours. Ces mécanismes installés à côté de la hotte, étaient munis de poulies sur lesquelles étaient pendues des chaînes entraînant les broches accrochées sur les hastiers ou landiers.

Ces systèmes remplaçaient les happelopins, Les enfants engagés dans les cuisines tournaient ces grandes broches (ou hastes) derrière des sortes d’écrans. Il existait aussi des mécanismes entraînés par des cages en bois, elles mêmes emmenées par des petits chiens appelés tournebroche (ce que l’on retrouve dans les cages à écureuils)...

Les armoires Normandes-2 : La Viroise

Dans l’article précédent, « LES ARMOIRES NORMANDES (2) : LA VIROISE », je vous présentais le mobilier, avec cet article

j’ aborde : LES SCULPTEURS VIROIS
Au début du XIXe siècle viennent s’installer des sculpteurs dans la région viroise. La Graverie, Viessoix, Landelles, Tinchebray et bien entendu Vire se réclament d’avoir été le sein de la plus grosse production du mobilier populaire de l’époque.

Les armoires Normandes : La Viroise

Dans l’article précédent, « les ARMOIRES NORMANDES », je vous présentais une vue d’ensemble, avec cet article j’ aborde : 

Fnepsa armoire de vire
ARMOIRE VIROISE
EPOQUE XIXe SIECLE

Si Vire peut s’enorgueillir d’un passé historique glorieux, il faut attendre le XIXe siècle pour qu’une production mobilière très typée vienne parfaire, dans les maisons de granit bleu, nichées dans l’écrin de verdure du Bocage, les décors des Virois et de la région environnante.

Louyse Moillon

Fnepsa Louyse Moillon

Louyse Moillon (Paris Vers 1610-1696).
La Nature Morte Au Grand Siecle. Catalogue raisonné.‎

Très peu de femmes ont laissé un nom dans l’histoire de la peinture. Que ce soit par leur talent, ou par leur originalité elles ne souffrent de la comparaison avec les artistes masculins.

Pièces tribales : Art ou Artisanat ?

Dans nos sociétés occidentales et jusqu’au Moyen Âge, les artistes restaient, à quelques exceptions près, complètement anonymes derrière leurs œuvres.

En effet, c’est guidé par Dieu que la main de l’artisan transcendait la matière en reproduisant une image directement dictée des Cieux.L’habileté de l’exécutant ne faisait que renforcer l’idée que de telles réalisations ne pouvaient avoir qu’une origine divine.

Sous la restauration, infuence de la politique sur l'imagination des ébenenistes

Fnepsa bois clair 
Exemple de bois foncé incrusté de bois clair

Si la mode des bois clairs commence avant 1814, on ne peut réfuter l’idée, que la politique menée à cette époque là, par Napoléon 1er, n’est pour beaucoup dans le changement spectaculaire des matériaux utilisés en ébénisterie, et surtout l’expression nouvelle de cette utilisation.

Les Euros de Monaco : Fantasme et réalité

Fnepsa euro monaco

Cet article ne se veut pas être l’expression d’une vérité absolue et monolithique mais plus le fruit de recherches et de réflexions liées à une observation du Marché de la numismatique « moderne ».

Lors du passage du franc à l’euro, la Principauté de Monaco, qui était signataire d’accords avec la France pour battre monnaie, a vu celle-ci transformée comme d’autres petits Etats (San Marin, le Vatican).

Etant donné qu’elle n’avait, et n’a, le droit de battre qu’une quantité restreinte d’espèces liée à la production française (c’est la Monnaie de Paris qui frappe), sa production ne pouvait être importante.

Les patines sur les pièces tribales

 

Fnepsa patines sur les pièces tribales

Dans le domaine de l’ART TRIBAL et probablement plus que dans beaucoup d’autres, la patine ou son absence est le tout premier élément qui va orienter notre regard sur l’intérêt d’une pièce. Inconsciemment, elle influence notre jugement bien avant les qualités esthétiques et ethnographiques d’un objet.

On a aussi tendance à penser que plus un objet est ancien, plus il est patiné et qu’une patine est une croûte épaisse et sombre laissant, par endroits, apparaître des parties plus claires et luisantes aux points de frottement…

Restauration: Le jouet de Louis XVII

Fnepsa Le jouet de louis XVII

Il s’agit d’une charrette avec sa fourragère attelée à un cheval par de fines sangles en cuir...
Le cheval est en papier mâché peint. Une roulette est fixée à son ventre permettant au jouet de rouler sans faire frotter les pattes de l’animal. La charrette est en hêtre. Elle se décompose en plusieurs éléments : 
un cadre avant et un cadre arrière qui sont constitués de trois traverses et de petits barreaux verticaux, tandis que sur le côté les barreaux sont plantés sur les bras de la charrette et des traverses hautes. Le raccord entre ces quatre éléments se fait par tenons débouchant. A l’arrière une fourragère est fixée par tenons et mortaises sur le banc de la charrette. Le tout repose sur deux roues mobiles...

Le briquet à Hydrogène

Fnepsa clip image002Alessandro VOLTA 1745-1827

Les savants de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle vont rivaliser d’ingéniosité pour créer de nouveaux modes d’allumage du feu. Ainsi, à la fin des années 1770, le célèbre physicien italien Volta proposa un briquet fondé sur la mise à feu de l’hydrogène grâce à des étincelles électriques.

Les Monnaies de Monaco

Fnepsa DOUBLE PISTOLE EN OR HONORE II

DOUBLE PISTOLE EN OR HONORE II

Se lancer dans la numismatique monégasque, c’est pouvoir espérer arriver un jour au bout de sa collection. C’est aussi apprendre à connaître l’histoire de cette principauté qui force l’admiration autant qu’elle exaspère (le plus souvent par jalousie)...

Illustrations Manuscrit XVe siècle

Suite de l’article précédent, « LES PIGMENTS POUR ENLUMINURE  »

Fnepsa ARISTOTE

De Animalibus, début du XIV ème siècle Augustin, De civitate Dei, XVème siècle

La mise en page des prières à St-Martin dans les "Heures de Louis de Laval" (1411 - 1489), offre un exemple spectaculaire du rôle acquis par l’encadrement de l’image dans les manuscrits de la fin du Moyen-Age. Exceptionnelle par la beauté de ses enluminures et leur abondance qui en font l’un des plus remarquables manuscrits du XVe siècle français.

Jean-Luc-Beaufils

Fnepsa Jean Luc Beaufils FEMME SOFA

BEAUFILS « Les couleurs de la vie »

Jean Luc Beaufils, le dernier représentant de l’Art Moderne français est né le 18 février 1953. 
Fils de l’architecte Jean Charles Louis Beaufils, il se familiarise tout jeune avec le dessin et la peinture...

Les pigments pour enluminures

Suite de l’article précédent, « Enluminures»

 Fnepsa BIBLE DE MANIERUS
BIBLE DE MANIERUS

Cinabre, céruse, glauque, macra, guède, rosette, miel, curcuma, safran, sucs, vif argent, orpiment, feuille d’or, porphyre, souffre, écume, cornue, urine, mélange corrompu…. émaillent les rares recettes médiévales de peinture - et, tout en renseignant fort imparfaitement sur les dosages, les temps de cuisson et de décantation, évoquent jardin, cuisine, sorcellerie et alchimie. 

Enluminure

Suite de l’article précédent, « TYPE D’ECRITURE »

Fnepsa ENLUMINURE 1Déjà, sur certaines vignettes dorées égyptiennes, on trouve des enluminures Les Latins ont mêlé à l’écriture noire, des lettres rouges au minium, d’où le nom de miniatures, ou lait de craie rouge appelée rubrica d’où le mot "rubrique".

L’ornementation des manuscrits peut consister dans la substance employée pour écrire, dans la forme des lettres, dans les dessins peints...

Les birdstones 2

Suite de l’article des "BIRDSTONES »

Fnepsa Birdstone


Leurs tailles varient de 5cm à 20cm et leurs formes dépendent principalement de la région où ils sont trouvés, ce qui laisse à penser que chaque région voire chaque village pouvait avoir son identité artistique.

Les birdstones

Fnepsa birdstones

L’archéologie américaine est essentiellement connue en France pour ses silex taillés tels que les pointes dites de Clovis et Folsom ou ses pipes en pierre anthropomorphes ou zoomorphes. Mais de drôles d’oiseaux en pierre apparaissent au détour de quelles collections averties ou dans des musées ...

Type d'écriture

Suite de l'article précédent "Parchemins"

Fnepsa ECRITURE CAROLINE

ECRITURE CAROLINE
Ecriture Caroline Ecriture Romane

Voici les différents types d’écritures en fonction des époques...

Voyage en parchemin

Sans traitement approprié, les peaux animales ne peuvent aucunement constituer un support d’écriture. 
Or, si dans les pays secs la faible hygrométrie permet d’utiliser les peaux sans préparation, l’humidité de l’air impose, en Occident, le recours à des techniques plus élaborées. Très tôt émerge un métier à part entière : celui de parcheminier. Des débuts de l’ère chrétienne à nos jours, un pays comme l’Ethiopie fabrique du parchemin à partir de peaux exposées à l’action violente du soleil. Les peaux crues, soumises à des températures de 40 à 50° C, perdent leur pelage en une seule journée.

L'art du feu

L’article précédent est consacré aux , « TOURNEBROCHES »,
fnepsa art du feu1

LA CUISINE et la CHEMINEE à partir du moyen-âge 

Lorsqu’on évoque les cuisines du moyen-âge, on pense généralement aux cheminées monumentales des Seigneurs, des riches bourgeois, ou à celles des monastères qui ont imprimé ces images de viandes rôties, de marmites accrochées aux crémaillères, à un maître queux qui donne des ordres et goûte aux sauces, et rouspète auprès des gamins de cuisine qui sont chargés de faire tourner les broches.

La poterie de Betschdorf

Fnepsa poterie de Betschdorf3

Cruche en Grès 
Décor en bleu, couvercle en étain

On ne peut parler de l’industrie de la poterie de BETSCHDORF sans jeter un coup d’œil sur l’histoire de l’industrie de la céramique en Alsace. 

Raymond ESPINASSE

"Modèle posant"
Encre de couleur, 1950. 50x65 cm.

Né a Toulouse le 8 septembre 1897. Après avoir servi sous les drapeaux durant la guerre de 14-18, Raymond ESPINASSEdécide de quitter en 1925 sa ville natale pour s’installer à Paris. 
C’est au début de ce siècle qu’il découvre les nouvelles données esthétiques : le Fauvisme et le Cubisme. Il enseigne durant la journée l’art graphique à l’école des Beaux-Arts chargé de cours par le Syndicat du Livre, et travaille pour 11 revues (Revue de Lausanne, Revue de l’Académie Française…) La nuit, il peint dans son atelier de la rue Montparnasse.

Gen-Paul : Le dernier des grands expressionnistes de l'école de Montmartre

Gen-Paul - Cyclistes à Montmarte - Gouache 50x65 cm
Paris 1895-1975

Le dernier des grands expressionnistes de l’Ecole de Montmartre

Gen Paul est né le 2 juillet 1895, 96 rue Lepic à Montmartre d’une mère brodeuse et d’un père musicien de cabaret, clarinettiste et pianiste.

Les camées

CAMEE SUR AGATE NAPOLEON III
Profil sur fond noir. Monture or sertie de roses de diamant, perle et perle baroque en pampille.

THEOPHILE GAUTIER disait parlant des camées : « Chaque pièce devait être un médaillon à enchâsser sur le couvercle d un coffret, un cachet à porter au doigt serti dans une bague, quelque chose qui rappelât les empreintes des médailles antiques qu’on voit chez les peintres et les sculpteurs ».

L'art de la tapisserie

Fragment AUBUSSON XVIIIème

Les tapisseries sont un élément essentiel de l’art décoratif ; rien n’est plus éclatant, plus magique que ces « pièces d’étoffe », ainsi qualifiés par les encyclopédistes, servant à couvrir les murailles. 
Le terme « tapisserie » peut donc être donné à toute étoffe utilisée pour tapisser les murs d’une habitation.

Paysage de l'orfevrerie Art Déco en France

COUPE ATTRIBUEE AUX ATELIERS D.M
Cuivre et Laiton

Depuis 1880, les fleurs et les feuilles, le tout influencé par le japonisme, ornent les formes courbes de l’orfèvrerie Art Nouveau. Face à cette profusion de décor, de nouvelles formes, mettant en avant la ligne et la géométrie, s’imposent, durant les années 1925-1940, dans tous les arts et notamment dans l’art du métal.